Accusant l’administration Trump d’être motivée par la politique et non par des faits, un deuxième juge fédéral américain empêche le département américain de la Sécurité intérieure de forcer des dizaines de milliers d’Haïtiens à retourner en Haïti en mettant fin à leur protection juridique temporaire, selon un article de Miami Herald  https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article229151574.html.

Dans une décision fédérale de 145 pages, le juge de district américain William F. Kuntz de Eastern District de New York a émis une injonction temporaire à l’échelle nationale empêchant le DHS de mettre fin au Statu temporaire protégé (TPS) pour les Haïtiens. Kuntz a déclaré que 50 000 à 60 000 Haïtiens et leurs enfants nés aux États-Unis subiraient un «préjudice irréparable» si la protection juridique prenait fin et qu’ils étaient forcés de retourner dans un pays où la sécurité n’était assurée.

La décision détaillée de Kuntz est issue d’un procès intenté par des Haïtiens en Floride et à New York, contestant la décision de l’administration Trump de mettre fin au TPS accordé à Haïti par l’administration Obama après le tremblement de terre dévastateur de 2010. L’administration a annulé la protection de l’Amérique centrale et de certains pays africains, entraînant plusieurs poursuites dans le pays.

Lire la suite sur Le Nouvelliste

Le NouvellisteJusticeadministration Obama,administration Trump,Amérique centrale,département américain de la Sécurité intérieure,DHS,Eastern District de New York,Haïti,Haïtiens,Haïtiens en Floride,juge de district américain,juge fédéral américain,juge fédéral de New York,Miami Herald,pays africains,protection juridique temporaire,Statu temporaire protégé,TPS,tremblement de terre dévastateur de 2010,William F. KuntzAccusant l’administration Trump d’être motivée par la politique et non par des faits, un deuxième juge fédéral américain empêche le département américain de la Sécurité intérieure de forcer des dizaines de milliers d’Haïtiens à retourner en Haïti en mettant fin à leur protection juridique temporaire, selon un article de...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS