Un sit-in est annoncé pour le vendredi 26 avril devant la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCSA) pour demander à celle-ci de publier le rapport final sur la gestion des fonds PetroCaribe.

Ce rassemblement vise également à continuer de faire pressions sur les institutions étatiques, en vue de demander une reddition de comptes y relative.

C’est ce qu’a fait savoir Salvatory Saint-Victor, membre de la Commission de cadrage du mouvement Nou pap dòmi, qui intervenait, le mercredi 17 avril 2019, à l’émission FwoteLide.

« Nous allons exiger un audit complet » sur toutes celles et tous ceux qui auraient dilapidé les fonds PetroCaribe, « un rapport partiel où des noms sont figurés et d’autres non, pourrait ressembler à un verdict politique », fait-il remarquer.

La dilapidation des fonds PetroCaribe serait pour beaucoup dans la hausse actuelle de l’inflation et la décote de la gourde par rapport au dollar américain, regrette Nou pap dòmi.

Le taux d’inflation a atteint 17% alors qu’il faut, à présent, 85 gourdes pour un dollar américain.

L’impunité et la corruption constituent deux pillers qui permettent au système actuel de se reproduire, fustige Salvatory Saint-Victor, qui dit s’attendre à un combat de longue haleine pour le chambarder.

Par ailleurs, il souligne que ce qui fait la force et l’unité des petro-challengers est leur « naïveté » et leur volonté exprimée pour mettre un terme à ce système, dans la perspective de changer la situation du pays.

À l’appel de plusieurs organisations politiques de l’opposition, dont le Mouvman vizyonè desalinyen (MOVID), Anbake pou chanje et Kὸd-9, un sit-in a eu lieu, le mercredi 3 avril 2019, devant la CSCCA, à Port-au-Prince, en vue d’exiger la publication du rapport définitif, relatif à la dilapidation présumée des fonds PetroCaribe.

Des irrégularités graves, des fautes de gestion et des détournements de fonds ont été relevées dans un audit incomplet de la CSCCA sur le programme PetroCaribe, rendu public le 31 janvier 2019.

De hauts dignitaires de l’État, dont des premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions sont également indexés dans la mauvaise gestion de plusieurs milliards de dollars américains du programme PetroCaribe.

Un audit complet a été promis par la CSCSA pour avril 2019, sur cette affaire.

Source AlterPresse

AlterPresseHaïti-ActualitéUn sit-in est annoncé pour le vendredi 26 avril devant la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCSA) pour demander à celle-ci de publier le rapport final sur la gestion des fonds PetroCaribe. Ce rassemblement vise également à continuer de faire pressions sur les institutions étatiques, en vue...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS