L’ancien vice-président, modéré et populaire, est le vingtième candidat à briguer l’investiture du parti démocrate lors de la prochaine présidentielle. Il est aussi, pour l’heure, en tête des sondages.

S’il faut de l’expérience et de la résilience à un individu pour en faire un bon candidat, alors Joe Biden, qui vient d’annoncer qu’il briguait l’investiture démocrate pour la présidentielle 2020, a de solides arguments. Avant même sa candidature officielle, il faisait la course en tête dans les sondages, malgré des accusations de comportements déplacés envers plusieurs femmes. Biden, dont c’est la troisième tentative pour accéder à la fonction suprême (la première remontant à 1988), devient le vingtième candidat à l’investiture démocrate, pour des primaires qui s’annoncent très ouvertes et indécises.

Dans une vidéo publiée jeudi sur son compte Twitter, l’ancien vice-président a estimé que les Etats-Unis étaient engagés dans une «bataille pour l’âme de [notre] nation» et exhorté les Américains à ne pas réélire Donald Trump. «Si nous donnons à Donald Trump huit ans à la Maison Blanche, il va, à tout jamais et fondamentalement, altérer le caractère de notre nation», martèle Joe Biden, qui ajoute que la mémoire collective retiendra la présidence Trump comme un «abominable moment» de l’histoire.

Gaffeur

Joe Biden, 76 ans, connaît déjà bien la Maison Blanche pour avoir officié comme vice-président de Barack Obama pendant ses deux mandats. La «bromance» entre les deux hommes célébrée sur internet, et la bonne marche du tandem, explique en partie la popularité de Biden. Avant même sa candidature officialisée, il était en tête des sondages auprès de l’électorat démocrate, et notamment des Afro-américains. Dans la quasi-totalité des enquêtes d’opinion réalisées depuis octobre dernier, l’ancien sénateur du Delaware occupait la première place. Le baromètre tenu par le site RealClearPolitics lui attribue près de 30% d’intentions de vote (29,3%), devant Bernie Sanders (23%), Kamala Harris (8,3%) et Pete Buttigieg (7,5%)

Lire la suite sur Libération

LibérationInternationalL'ancien vice-président, modéré et populaire, est le vingtième candidat à briguer l'investiture du parti démocrate lors de la prochaine présidentielle. Il est aussi, pour l'heure, en tête des sondages. S’il faut de l’expérience et de la résilience à un individu pour en faire un bon candidat,...PAWOL LA PALE PA NAN FAKE NEWS